Monday, December 29, 2014

Bilan













Ca fait quasiment un an que je n'ai rien publié sur ce blog.
j'en ai eu mare, j'ai eu envie de le fermer complètement. Mais je me suis dit "non, j'ai du contenue (un peu), le trafique (genre 2 visiteurs unique par jour) marche un peu, ce serait bête de tout perdre."
De toute manière ce n'est pas pour les deux personnes quotidiennes qui lisent ce blog que ça aurait changé grand chose... mais... on sait jamais.

Mon poste d'aujourd'hui n'aura surement aucun impact non plus, et ne changera pas le contenu du web, ni même le cour de ma vie. mais après presque un an de ma nouvelle vie, et des questions de tous les côtés, je me dit que, quel autre endroit pour répondre à tout le monde ?!

Alors voilà. J'ai emménagé à San Francisco en Février (à Oakland plus précisément).
Oakland c'est juste de l'autre côté du pont (Bay Bridge) et c'est la seconde ville la plus dangereuse des Etats Unis, mais ça commence à être considéré comme le "Brooklyn" de San Francisco. Et pour cause : Graffiti, artistes en tout genre, des loyers moins chère, une ville plutôt "guetto" et "entrepot" mais des coffee shop hyper hipster qui ouvrent dans la zone industriel, et le plus gros "food festival" de la bay (Le Eat Real festival, j'y reviendrai plus tard) en septembre. Le plus vieux bar de Californie, la ville des Hell's Angels, Black Panthere (cf Forest Gump !) et j'en passe...

Bref j'ai emménagé à Oakland et c'est trop bien !

Mais là n'est pas le but de cet article. Le but est de vous raconté ma nouvelle vision des Etats Unis depuis que j'y vis "pour de bon".
La nouvelle génération parisienne, n'a qu'une obsession : Se barrer (cf le site barrez-vo.us)
Comme si la vie (aux States en l'occurence) ailleurs sera un paradis sur terre.
D'une façon générale, j'ai envie de dire tout de suite : Ce n'est pas faux !





Pour être honnête, depuis que je suis ici, la vie est mille fois plus facile, plus confortable et je ne parle pas du climat. fini la pluie et le ciel gris 360 jours par an.
Par contre j'ai aussi appris une chose très importante : en Californie, il fait Froid ! Ok, pas autant qu'à Paris, mais ça n'a rien à voir avec le "sea sex & sun" qu'on s'imagine. Surtout à San Francisco, le "sea" est loin dans les esprits des gens, le sun est remplacé par le brouillard et le sex... ça doit être à travers d'un application smatphone (on peut a peu près tout faire grace à internet ici, vraiment TOUT), mais de toute manière, San Francisco est une exception et même à Oakland il fait plus chaud. J'ai aussi appris que les gens sont des dangers public sur la route dans ce pays : doubler par la droite avec une ligne continue dans un virage...  Et récemment j'ai aussi appris à prononcer correctement le mot "focus", car avec mon accent ils entendaient "Fuck Us"... c'est bien après un an de savoir ça  :-)

Deux semaines après mon arrivé, je n'étais pas très motivée pour commencer à travailler avec le même rythme excessif et stressant qu'à Paris, je me suis alors lancé dans la création de mon business : Traiteur de crêpes. Et là, pour un job pas stressant, pas excessif on repassera.



En France, monter une entreprise est un casse tête administratif et un boulet financier, tout le monde le sait maintenant, et c'est bien dommage. En Californie ça c'est passé comme ça :

1/ Je veux monter une entreprise dans la cuisine

2/ Je check sur internet quelques infos et je trouve à peu près un million de groupe, de réunion, d'association, de meet up (site internet pour créer des groupes de tout et n'importe quoi, pour que les gens se rencontrent. Il y a des meet up Star Wars, Zombie, mais aussi Gastronome, Francophone, Entrepreneurs... www.meetup.com ), chambre de commerce et autre non-profit organisation qui propose des formations gratuites sur "comment commencer un restaurant". J'insiste GRATUITE.

3/ Je m'inscris à TOUT. Les réunions, les soirées "network" les formations, j'imprime des cartes de visite en vitesse et je commence à rencontrer tous ces gens, tous plus intéressé les uns les autres par mon projet, et en quelques jours j'ai déjà épuisé mon premier stock de business card.
En France, j'aurai entendu des remarques plus insupportables les unes des autres, des gens croyant tout savoir et voulant me donner des conseils décourageant, d'autres qui se croient meilleurs que tout le monde et ne s'intéresse pas à moi parce que "ils sont plus cool que ça" ou autre M. ou Mme Je-sais-tout-je-sais-rien-je-suis-aigri
Ici, tout les entrepreneurs sont dans la même optique et ont bien compris que l'on ne réussi pas seul. Alors ils s'intéressent à tout le monde parce que la fille qui lance un site web de partage de cuisine aura surement besoin de moi (et pour cause), et que, on ne sait jamais je pourrait être intéressée par des nouveau bartender indépendant, pas pour ma soirée, mais pour mes futurs clients (effectivement je demande toujours les cartes des bartender maintenant au cas ou mon client en cherche un, et là, je dégaine mes contacts... au top !)

4/ Il est temps de rendre mon business officiel : Je vais à la mairie, remplis les papier pour une business licence, enregistre le nom de mon entreprise, et fais un demande de permis de vendeur sur internet. En 24h c'était bouclé, je peux d'hors et déjà opérer légalement et répondre aux premières commandes. Quand je leur demande avec un air très confiant (style je connais déjà l'arnaque) à combien d'organisme je vais devoir payer des taxes ils me répondent "juste à la ville, à la fin de l'année !" (je suis toujours pas sure d'y croire!)

De fil en aiguille, toutes les cartes de visite que j'ai distribué on fait des petits, et j'ai très vite commencé à recevoir des mails de demande d'info, de tarif, ou mieux, je fais signer mes premiers contrats.

Le premier gros hit (avec le recul, pas tant que ça, mais à ce moment là, c'était wOAAAww) quand Wix.com me contact pour aller faire des crêpes lors d'un de leur workshop !  300 crêpes d'un coup, plus que ce qu'on a jamais fait en un mois complet. Au cours de l'évènement je vois que Wix utilise mon site dans leur power point comme exemple (j'ai créé mon site sur wix), et ça a été la première grand fierté. Des étrangers, qui font notre éloge... comme ça, gratuitement ! www.crepequeensf.com

En septembre deuxième gros coup : Seulement 6 mois après la création de mon business, nous sommes sélectionné pour participer au Eat Real Festival de Oakland. Un festival sur 3 jours réunissant uniquement les meilleurs vendeur de street food de la bay. Des centaines de candidatures et uniquement 100 retenus. Plus de 300 000 visiteurs sur 3 jours. Et là, premier gros stress de  ma vie, il a fallut tout acheter et tout créer. Depuis la tante qui abrite notre stand, jusqu'à la déco, les machines à crêpes, les poubelles spéciales certifiés  conformes, et même la boite pour la caisse. Tellement de préparation que l'on avait pas vu venir, mais au final tout à bien marché, l'équipe (à peine formée) a été au top, les organisateur nous on félicité car ils trouvaient que notre stand était un des plus beau du festival, et les retour instagram étaient plutôt flatteur. Qui se serait douté que 2 semaines avant on avait à peu près.... Rien !

Après ce week end, les commandes on commencer à pleuvoir, on a commencer un partenariat avec une agence spécialisée en traiteur (ils envoient des traiteurs dans les entreprises pour livrer les déjeuner tous les jours), des clients on commencer à nous demander si nous faisions autre chose que des crêpes, et depuis le début, notre règle number 1 a été de toujours dire OUI. Donc, oui, on fait autre chose que des crêpes : Tartes aux fruits, quiches, mini quiche, amuses bouches...
On avait commencer avec un simple buffet froid (en plus des crêpes faites sur place), pour aujourd'hui offrir un vrai service avec serveurs. En plus des crêpes et amuses bouche, nous répondons aussi à des demandes spécial type "chef à domicile", offrant un menu très français qui a fait un TABAC pendant les vacances de noël.
Au final, j'ai fais des diners dans des maison immenses sur la plage, des maisons immenses dans la montagne, et des maisons immenses qui on une petite maison à côté exprès pour les réceptions, des appart minuscule en centre ville, les site web assez connu, et même au consulat. Des fois ça a marché comme sur des roulettes, des fois ça été la grosse m****. Mais au final on a appris plus sur chaque évènement et quoi qu'il arrive après presque un an de travail, je sais que j'ai gagné plus en expérience que si j'avais fait n'importe quel autre travail ordinaire.


Voilà pour mon année 2014, en espérant que 2015 soit tout aussi pleine de folie, de nouveauté et de "ouha, si un jour on m'avait dit que je serais là aujourd'hui".
Je vous souhaite la même chose et surtout le "ouha, si un jour on m'avait dit que je serais là aujourd'hui", parce que c'est le meilleur feeling du monde ! 

Cheers ;-)


















































































































Wednesday, April 23, 2014

In the Mission

Sunny day in the Mission, San Francisco, to chill and get the best tacos at Taqueria Vallarta.
Just because I have to take a break with crepe once a week :)

Skirt : Sway, Oakland




Wednesday, November 20, 2013

Fall french toast

The best french toast in my life, comes from Melbourne.
Going so far to re-discover something, in theory coming from my land :/
But the truth is, french toast all around the world are made such a fancy way, so they can only be delicious !!
In France, french toast are called "Pain perdu" (literally "lost bread"), because we use old dry bread, soaked in milk until it get well wet and soft again, then dip in egg mixed and finally sugar.

Here is what you need to make fancy delicious french toast :





My fall version : I add poached apple on top (poached with cinnamon and star anis), and mapple syrup.